Le numéro de juin 2016 de la revue de la LICRA "Droit de Vivre" comporte un dossier sur le "complotisme"[1], où l'on explique notamment qu'il peut conduire à l'extrémisme.

Premier paradoxe, Droit de Vivre qualifie à juste titre le site Dreuz info de "proche de l'extrême-droite sioniste", mais interroge en tant qu'expert l'un des principaux contributeurs de Dreuz info, Pierre-André Taguieff !

Deuxième paradoxe, dans ce dossier dénonçant le complotisme, un article de Raphaël Roze soutient la théorie du complot dans l'affaire Mohammed Al-Durah, ce jeune palestinien de 12 ans tué en septembre 2000 par des tirs israéliens. "Droit de Vivre" présente brièvement l'affaire avant de valider dans la dernière phrase la théorie complotiste d'une "manipulation"(sic) du reportage destinée à salir l'image de l'armée israélienne:

LICRAcomplotiste

 

"Controverse sur la mort de Mohammed al-Durah. L’un des reportages de Charles Enderlin, tourné en septembre 2000, montre la mort d’un garçon palestinien de 12 ans dans les bras de son père. L’enfant est présenté comme ayant été touché par des balles israéliennes, et le reportage a été à l’origine d’une campagne au début de la seconde Intifada. En fait, tout laisse à penser que le cameraman d’Enderlin, Palestinien, aurait manipulé le reportage pour accréditer la thèse de la cruauté de Tsahal."

 

Résumons donc la position de la LICRA sur le complotisme:

- dénonciation du complotisme antisémite et anti-israélien

- validation du complotisme anti-palestinien

 

 

[1] On y trouve des articles d'Antoine Spire, de Pia Ader, de Georges Dupuy, de Michel Goldberg, d'Alain Barbanel, de Justine Mattioli, d'Alain Jakubowicz, et des interviews de Gérard Haddad, Sophie Mazet, Gérald Bronner et Pierre-André Taguieff.